mardi 26 mars 2019

Les étapes « Danube 2015 »
Les étapes « Danube 2015 »

Etape 1 : le 16 mai 2015 de Vovray-en-Bornes à Colombier/Suisse (76 km) 

Etape 1 : le 16 mai 2015 de Vovray-en-Bornes à Colombier/Suisse (76 km) 

Etape 2 : le 17 mai 2015 de Colombier à Gampelen (103 kms)

Etape 3 : 18 mai 2015 / Gampelen - Aarburg (95 km)

Etape 4 : 19 mai 2015 / Aarburg - Stühligen (103 kms)

 Etape 5 : Stühligen - Donaueschingen (46 km)

Etape 6 : Donaueschingen - Sigmaringen (91 km) - Scheer (100 kms)

Étape 7 : Scheer - Ersingen (77 kms)

Etape 8 : 23 mai 2015 / Ersingen - Dillingen (84 km)

Etape 9 : 24 mai 2015 / Dilligen - Ingolstadt (92 km)

Etape 10 : 25 mai 2015 / Ingolstadt - Poikam (74 kms)

Etape 11 : le 26 mai 2015 / Poikam - Waltendorf(100 kms)

Etape 12 : 27 mai 2015 / Waltendorf - Irring (65 kms)

Etape 13 : 28 mai 2015 / Irring - Fall (92 kms)

Etape 14 : 29 mai 2015 / Fall - Willersbach (95 kms)

Etape 15 : 30 mai 2015 / Willersbach - Traismauer (90 kms)

Étape 16 : 31 mai 2015 - Traismauer Vienna (79 kms)

Etape 17 : le 02 juin 2015 / Vienne - Bratislava (66 km) - Rajká (88 kms)

Etape 18 : le 03 juin 2015 / Rajká - Giörszentiván (80 kilomètres)

Étape 19 : 04 juin 2015 / Giörszentiván - Muzlá (95 kms)

Etape 20 : le 05 juin 2015 / Mužla - Szentendre

Etape 21 : le 07 juin 2015 / Szentendre - Dömsöd  (86 kms)

Étape 22 : 08 juin 2015 / Dömsöd - Meszesidunapart (90 kilomètres)

Étape 23 : 09/06/2015 : Meszesidunapart - Baja (76 kms)

Étape 24 :10/06/2015 : Baja (Hongrie) - Kopacevo (Croatie)

Étape 25 (Croatie) : 11/06/2015 : kopacevo - Vukovar (66 kms)

Étape 26 : 12/06/2015 : Vukovar (Croatie) - Novi Sad (Serbie)

Étape 27 : 13/06/2015 (Serbie) Veternik - Novi Banovci

Étape 28 : 14/06/2015 (Serbie) Novi Banovci - Pancevo

Étape 29 : 15/06/2015 : Pancevo - Bela Crkva (95 kms)

Étape 30 : 16/06/2015 : Bela Crkva (Serbie) - Liubcova (Roumanie) et 105 kms

Étape 31 en Roumanie : 17/06/2015 Berzasca - Orșova (78 kms)

Étape 32 : 18/06/2015 Orșova - Batoți (60 kms)

Étape 33 : 19/06/2015 Batoti - Calafat (120 kms)

Étape 34 : le 21/06/2015 Calafat - Bechet (100 kms)

Étape 35 : 22/06/2015 Bechet - Lisa (110 kms)

Étape 36 : 23/06/2015 Lisa - Giurgiu (90 kms)

Étape 37 : 24/06/2015 Giurgiu - Tutrakan (85 kms)

Étape 38 : 25/06/2015 Tutrakan - Silistra ( 80 kms)

Étape 39 : 26/06/2015 Silistra - Ion Corvin (60 kms)

Étape 40 : 27/06/2015 Ion Corvin - Mamaia (100 kms)

Étape 41 : 28/06/2015 Mamaia - Jurilovca (80 kms)

Étape 42 : 29/06/2015 Jurilovca - Tulcea (60 kms)

Le retour depuis Tulcea vers Annecy (01/07/2015)




vendredi 18 décembre 2015

Nuestro periplo : Annecy - Tulcea (3800 kms)


¡ Qué idea tan curiosa !


La idea germinó en octubre o noviemvre 2014. Daniel, un amigo de Lannion me dijo :
- Serge, ya tengo 64 años ! Y tengo que hacer un periplo antes de no poder !
Pensándolo bien, dos posibilidades se ocurrieron a mi mente :
- Ir hasta Fistera en España,
- hacer el camino "Eurovelo6".

Después algunas discusiónes, elegimos la segunda proposición. 
La preparación empezó rapidamente.

¿ Que llevar ?
Nos marcharemos con la bici ; y debemos llevar solamente el esential :
- para dormir,
- para comer,
- para bañarse (un poco :-)
- y communicar. ¡basta!
- Y la ropa (muy poca).

¿ De donde salir ?
De Lannion, hace más de 5.000 kms !
Daniel tiene familia cerca de Annecy, entonces saldremos de allí.
Estimamos el trayecto alrededor de 3.500 kms.

¿ Como establecer las etapas ?
En bici, podemos hacer 15 kilómetros por hora con la carga.
Pedalear 6 o 7 horas nos pareció ideal.
Hace 90 o 100 kms por día.
¿ Cuando salir ?
El tiempo está una parte muy importante del proyecto.
Así pues, decidimos salir en mayo hasta julio.
Esperando un tiempo favorable.
Un problema con mi espalda atrasaba el proyecto (15
días). Compré una suspensión para mi sillín.


        Primera etapa : 16 mayo 2015 
Vovray-en-Bornes (Francia) hasta Colombier/Suiza (76 kms)

Salimos de Vovray (cerca de Annecy) ; pasamos por Geneva.
El sol aprieta. Nos comimos sobre la orilla del lago de Geneva.
Es llano y la circulación estaba densa en la ciudad. Pero hay muchas carriles bici.
Después Rolle, es el campo con sus viñas.
Marc nos acogió en la finca de sus padres (Colombier/Suiza).
Marc es un joven "paloma mensajera"segùn su madre ; ya hizo aventuras en bici.
Primero campamento por la noche en la tienda.
fotos de la etapa : photos_étape_1




             Segunda etapa : 17 mayo 2015
Colombier/Suiza hasta Gampelen (103 kms)

Después de una noche en la granja de la familia de Mark, la etapa nos debe llevar a Yverdon-les-Bains (a orillas del lago de Neuchâtel) y luego a Gampelen. Nos hubiéramos quedado allí, tomando el sol ... pero después de un buen café y un poco de "adiós", nos pusimos en camino a las diez. Está nublado, pero el clima es optimista. Se eleva a Romainmôtier para visitar esta bella localidad. Marc nos aconsejó hacer un pequeño desvío para visitar este pueblo típico.
La subida es suave y tranquilo por el bosque. Después del bosque Jura, desde las alturas, descubrimos un pueblo lleno de encanto. Entonces se hunde hacia Yverdon-les-Bains (alcanzando un máximo a 45 km / h en un bonito descenso - con bolsas, rezo para que el material resiste) para el almuerzo a orillas del lago de Neuchâtel.
El sol nos acompaña con gusto ... nuestra guía es el s5 excepto paneles desaparecidos en lugares :-( o bien una falta de atención?
Después del almuerzo, vamos a bordear el lago a lo largo de su longitud.
¡ Es plana!Encontrar un lugar para pasar la noche es complicado, aquí se habla alemán! Finalmente y después de haber dado vuelta redonda, hermosa ubicación se identifican cerca del lago con grifo. Daniel prepara la comida : sopa, pasta y queso ...
Pasta, pasta de nuevo! Y la pasta cocida para comer el almuerzo del día siguiente (gracias a la pequeña tupperware - muy conveniente - en la que se conserva).


 



  Tercera etapa : 18 mayo 2015
Gampelen - Aarburg (95 km)

Vuelta a la realidad en las orillas del lago de Neuchâtel. A las 8, el canto de los pájaros nos despierta. No hay una ondulación en el lago. Sólo unos pocos pollas de agua bucean para encontrar su "papeo". Yo tragaré bien una por el desayuno, pero no estoy seguro si es bueno ? Hay que pedir a Marcos, el futuro biólogo - :-)

Agua para el almuerzo, la estufa es una antorcha de verdad ! Ni siquiera el tiempo para poner mi asiento posterior bloqueando y el agua está caliente ... 
 ¡ Sorprendente !
Ricoré, avena (Daniel se cree un caballo, ¿ pero no le he oído relinchar ?) Pasas, la plasta de la mañana. Ñam ñam ...Bueno, tenemos que ocuparse de la bici ahora. Empalme para la alimentación de mi planta nuclear (un problema de cableado entre el cubo y el cargador de dínamo). Funciona, puedo suministrar la pila atómica.
Hoy continuamos en Suiza. Una última mirada por encima del lago de Neuchatel ... de un lugar de descanso.

Con todo eso, nos marchamos a las 10 am, hora suiza, así también la precisión atómica. Dirección Biel-Bienne; ciudad bilingüe. Biel Biel en alemán y francés (no celos). Los primeros kilómetros son agradables, que corre a lo largo de un canal? ¿O algo por el estilo. Funciona bien bajo el sol. Houla, hay casas bonitas allí. Y un buen grupo de garzas que toma su almuerzo en un campo de ... así que sé! 

Biel / Bienne, una pausa para las compras. Guardo los "caballos" mientras Daniel hizo las compras. Plátanos, huevos, pan, tomates, 1 kg de avena, sí,  , deben alimentar a la bestia .... Entonces es el momento de encontrar Grenchen. Atención a la pronunciación. Es como un juego del tesoro. Sin mapa, se debe parar en cada intersección y balbucear "Grenchen por favor" y tratar de hacerse entender. De hecho, en francés, los aborígenes entienden muy bien (usted sabrá cuando la ciudad pasó :-(
Para Olten, terminado el juego de pistas. Destacamos en la carretera principal S5, viento en su espalda, el sol en la espalda, los terneros rojos por el esfuerzo  

¡ Oh, no, es el sol ! ¿estás seguro de Daniel?Pistas para bicicletas, pero un tráfico frenético. Un camino al infierno. Mi sueño de una Suiza pacífica colapsa. Cacharros, y todavía vendedores de cacharros. ¡Paradoja Suiza!Está bien, casi plana. Olten, tenemos que encontrar alojamiento para la noche (bueno, una cuadra para Daniel :-). Aarburg, pueblo con encanto. La ciudad es bonita, con esta fortaleza dominando al río.
 
Aarburg y su fortaleza



  Sexta etapa : 24 mayo 2015

Donaueschingen - Sigmaringen (91 km) - Scheer


A partir de este paso, usamos los guías Esterbauer.Atacamos el Danubio ;-) y 2850 kms. Para llegar al Mar Negro.Una pregunta en mente: ¿ Tendremos la fuerza, la voluntad de seguir adelante ?

Noche fría, incluso helado. Viste de pies a cabeza, nos resistimos al frío cortante.
Un gran deseo de orinar alrededor de las 4:00. No quiero salir! Así que encontré una solución: una bolsa de plástico congelador. Prácticos, con su cierre
hermético :-)
La vuelta a la realidad es tan rígida en este pequeño viento frío que nos sorprende por la mañana.

Salida a las 10:15. Almorzamos en la sala climatizada en compañía de una pareja de alemanes con el apetito voraz. ¿ Cómo lo hacen para pedalear después de un desayuno tan abundante ?
Bueno, es probable que no caminan muy lejos dado el caballero corpulento !!
Es en este sitio que nos encontramos por primera vez a Aurélie, joven Bruselas que empieza hasta el Mar Negro, sola. Tendremos ocasión de verla varias veces en el periplo.

Viento del norte muy fresco, soportamos las tres capas. No hay problema hasta Tuttlingen. Es plana y pavimentada. Pasamos a través de un hermoso parque en Tuttlingen.






Pueblo de Mühlheim















Una 
valle 
maravillosa 
!!!







Sigmaringen, el camping se encuentra en la entrada de la ciudad. El director no es el más acogedor! Nos ofrece una ubicación en el pedregal, así que continuamos nuestro camino, enfadados. Perderé un guante :-( no vamos a tener la oportunidad de visitar más profundamente Sigmaringen, qué pena !
Cae la noche, el cielo naranja ilumina apenas nosotros. Scheer, un talud nos da la bienvenida a la noche, cerca del Danubio. Un vecino viene a vernos y nos pide que dejamos el sitio limpio.
Irmgard ¡Por supuesto! Comenzamos el desorden, entonces la búsqueda
con los faroles del cuchillo perdido en la noche;-(
Cuando Bernard viene a ayudarnos a encontrarlo y finalmente nos ofrece sopa caliente. Sopa excelente preparado por Irmgard.
Intercambiamos hasta 23:00 con los medios a su alcance : las manos, los gestos, las mimicas. Y terminamos con la foto tradicional !! 


____________________________________________________________________________________

Etapa 30 : 16 junio 2015
Bela Crkva -Liubova(105 kms)

El Camping Laguna no es realmente excepcional. Pedimos las tiendas de campaña cerca del lago, pero estaba lleno de agujeros. Sin embargo, dormimos bien. El cuerpo ya está acostumbrado a estas condiciones. 
Plegamos las tiendas y ya estamos en la ciudad para el desayuno: yogures, pasteles. Y un café para despertar la máquina. 
Hoy cruzamos la frontera rumana a Kaluderovo ;-) Vamos a abordar las Puertas de Hierro (una maravillosa garganta).

Está nublado. Llovió esa noche, pero no mucho. Liquidamos nuestras últimas dinares antes de cruzar la frontera.
Rumania está ante nuestros ojos, en el otro lado de un pequeño arroyo, pero hay 10 kilómetros para encontrar la frontera. Ruta tranquila y en buenas condiciones. Ninguna dificultad para llegar a la frontera. ¡ Pasen ! No hay problema. Incluso tenemos el derecho a un "Bon Voyage" del agente aduanero :-)Y el cambio es muy llamativo en el cruce fronterizo; el camino se convierte en un camino tortuoso, cruzamos aldeas polvorientas, sin animación. Ningúna tienda en los pueblos ! Pequeño desvío a descubrir Lescovita, primera pequeña aldea.Solo, un hombre que lleva una carga de paja en el hombro, seguido por su perro.

Lescovita ...

En Zlatita, pidió un café. Pero no hay bares o más, nada de nada. Una mujer nos ofrece un café con un buen corazón ; Duchesza su nombre y su esposo era un camionero en particular en Francia.


Zlatita : Duchesza nos offrece un café :-)

Entramos en un valle, en algunos lugares, el camino es sólo roderas. Los pueblos están casi desiertos. En los campos, ninguna máquina, los brazos se balancean para cortar el heno, y las horquillas lo cargan en el remolque tirado por un caballo.

Trabajo en los campos - Socol (Roumanie)

Una curva nos conduce a la aldea de Moldova Veche. El centro está derribado por las obras. Una nueva curva hacia el este, una nueva perspectiva : "las puertas de hierro." Un hermoso valle donde el Danubio se engasta. Las barcazas descienden y remontan el curso.
 
Las puertas de Hierro nos han seducido !
















Noapte buna !! (Buenas noches)

vendredi 3 juillet 2015

Le retour depuis Tulcea vers Annecy (01/07/2015)

Le retour depuis Tulcea vers Annecy (01/07/2015)

Tout d'abord, il faut préparer les vélos. Cécile part vers Lyon. Elle nous accompagnera jusqu'à Sibiu.

Recherche de carton. Une entreprise de matériel électroménager nous donne des grands cartons. Pour démonter les pédales, Daniel et moi n'avons pas la bonne clef ;-(
On part à la recherche de cette foutue clef. Premier magasin de vélos, accueil froid et pas d'outil en vue. Côté taxi, rien de rien .. Pour finir, on trouve notre bonheur dans une station service.
Quelques courses pour le long voyage qui nous attend. On trimballe tout ça jusqu'à la station de bus qui est proche. Découpage de cartons, emballage succinct.
Le bus arrive vers 20h. Le temps de charger tout notre attirail (les vélos dans une remorque) nous voilà en route vers Constanta. 4 pelés dans le bus.
Changement de bus à Constanta. Il faut tout débarquer et mettre dans un autre bus. Pas glop ... Mais finalement, les vélos sont debout. C'est mieux.
Départ à 23h25. La nuit risque d'être longue.
4h du matin, nous sommes à Bucarest.
Discussion avec Thibault Pretot (lacuisinedanstousesetats). Jeune cuisinier qui est passionné par la pâtisserie et surtout le chocolat. Il va d'ailleurs travailler chez un chocolatier à la rentrée.
Arrêt près de Pitesci de 6h30 à 7h15. Le bus prend la E81 vers Nadlac / Curtea de Arges.
Passage à Draganu. C'est boisé et escarpé.
Depuis le bus ...

Zamfiresti, la circulation est dense dans les 2 sens.
Direction rm Valcea.
9h00, on quitte Vilcea, direction Sibiu à 95 kilomètres.
Le bus est quasiment plein. Joli passage en montagne.
Voir photos. Arrivée à Sibiu vers 11h00. Changement ultra rapide. A peine le temps de saluer Cécile.

Et 11h15, on repart. Bon, c'est le dernier changement jusqu'à Genève. Juste regarder le paysage, dormir et manger.

Deva,  13h00. Il fait beau. Bus à moitié plein.

On traverse le Maramureş, très jolie région. Boisée et montagneuse. Vers 13h45, c'est la région de Timis (Județul Timiș) que l'on aborde. Routes défoncées à souhait.
Le passage à niveau de Margina est franchi au pas (comme tous les autres). Maintenant, c'est le plat pays. Une vieille femme attend patiemment le client pour ses cerises rouges carmin.

16h00, Timisoara est derrière nous. Arad, frontière avec Hongrie à 55 kilomètres. C'est toujours plat. Arad, nos 2 dernières cartes postales seront postées par un agent de la compagnie de bus.




On dépense nos derniers lei.
18h, la frontière hongroise. Des bouchons de camions. Des tas de bus "Atlassib" patientent sous un soleil de plomb. Bucarest est à 200 kilomètres.
La Roumanie n'est pas dans l'espace Schengen....Nous voilà bloqué à la frontière. Nous suons nos dernières gouttes d'eau.
Au moins à vélo, on n'avait pas ce problème ;-))
Pour pisser, les banis (pièces roumaines) ne sont pas acceptées !!!
Sinon côté bouffe, pas la peine de s'embarrasser, à chaque arrêt, il y a des gargottes pour le café, les fruits et les besoins élémentaires. Il faut juste avoir la monnaie qui va bien.
20h00, contrôle des papiers et des bagages !!
On entre en Hongrie.
Longues lignes droites sur l'autoroute. 22h00, arrêt «goulash» pour préparer une longue nuit. Une soupe qui remet la machine d'aplomb !
02h30, un peu courbaturé,  pause cigarette, je ne sais où.
J'ai dormi quelques heures. Je vais exploser mon score, déjà près de 30 heures dans le bus.
08:00,je regarde les signalisation pour voir où on est.
Mindelheim ... Allemagne ou Autriche ? La campagne est jolie par ici. Collines boisées, terres cultivées. Mais ici point d'immenses parcelles comme en Hongrie et Roumanie. C'est nettement plus agréable à traverser que ces immensités de céréales.
Direction Lindau / Bregenz, la Suisse approche.

Besoin de me laver !!! L'idée des lingettes est intéressante.
Bregenz à 10 h. C'est en Suisse.
Suisse à 10h30 (St. Margrethen)
Nouveau contrôle .. bus au soleil. On commence à fondre.
11:15, nous voilà en Suisse. Sous le soleil.
12h40, Zurich et ses embouteillages. Par rapport au billet d'un jeune, on devait y être vers 15h ???
Bonne surprise ou .... Arrêt à 13h. Le bus se vide de quelques voyageurs. Presque vide à présent.
13h45, embouteillage à Luzern !!! Accident dans un tunnel.
On bouffe, on dort. Il fait frais dans le bus, dehors ça cogne.
Bern, on dépose un passager.
Lausanne, 2 minutes d'arrêt pour déposer 2 voyageurs.
Dehors, c'est l'enfer. Dernière  stations : Genève.
18h20, Genève. Ça bouchonne évidemment.
La gare routière, débarquement express. Nous remontons nos vélos dans une chaleur inhabituelle pour la Suisse. Eh ... rien de casser sur le vélo (même pas les garde-boues en plastique.
Voilà, le trajet se termine après 46 heures de bus !!! (on a 2 heures d'avance :-)















Pour Atlassib :
Pourquoi ne propose-t-il pas des cartons pour emballer les vélos ? ou alors de supports à vélo amovibles. Quitte à faire payer quelques euros de plus au cycliste.
Mettre des sacs poubelles dans les bus serait un plus (comme dans les bus ATIROM).
Fournir des informations aux voyageurs : temps de pause, situation ...  plutôt que des films merdiques que personne ne regarde.

Étape 42 : 29/06/2015 Jurilovca - Tulcea (60 kms)

Étape 42 : 29/06/2015 Jurilovca - Tulcea (60 kms)


On reprend la route plein nord  !Et vent en pleine face :-(

Premières préoccupations du matin : réserver nos places dans le bus pour Genève. On souhaite prendre le bus de vendredi prochain pour rester quelques jours dans le delta. Le site Atlassib me répond un truc en roumain !!! Voyons la traduction (c'est pratique ces outils de traduction sur le web ; même si c'est approximatif) : plus de place à la date sélectionnée. Bon, on décide d'aller directement à l'agence de Tulcea. Premiers coups de pédale. Le vent n'est pas une girouette, toujours nord =» sud. De face !
A l'approche de Tulcea ...
Tulcea, après une longue descente, l'entrée de la ville. Un sévère raidillon sur une piteuse route nous fait mal aux jambes. Strada Pacii à droite. Le bureau Eurolines est plus bas, après une portion pavée horrible. 130 € pour Genève et il faut emballer les vélos. Daniel n'est pas "emballé". Mais contrairement à ce que j'ai lu sur de nombreux forums, Eurolines accepte les vélos sous certaines conditions (vélo emballé). Est-ce vrai partout ?
Strada Victoriei : on trouve difficilement le bureau Atlassib. Pas de place pour vendredi confirmé. Alors ce sera départ demain :-(


Tulcea, KM 0 !!! La fin du voyage :-(
Le profil de l'étape : ici

Les photos de l'étape : ici

Étape 41 : 28/06/2015 Mamaia - Jurilovca (80 kms)

Étape 41 : 28/06/2015 Mamaia - Jurilovca (80 kms)

On longe la mer Noire ... vers le delta du Danube

Solitude du berger !


Tronçon Mamaia - Mihai Viteazu :

Avec les boules quiès, la nuit a été correcte. Il fait bon. Un petit bain dans la mer noire pour marquer le coup. L'eau est bonne, la plage propre, le sable de couleur grise. C'est la mer noire !!! Je m'attendais à une petite côte d'Azur ! Bon, disons quelque chose d'agréable à parcourir. Et mon rêve s'écroule rapidement. À la sortie du camping, la route est démesurément large. Très vite, une partie de la chaussée n'est plus goudronnée, elle est rapiécée, trouée, ondulée. Sur la droite, l'espace entre route et mer est occupé par des bâtiments inachevés, abandonnés, des friches, des trottoirs en vrac, et des habitations ... Les ronds points sont à moitié finis :-() pas mal. Si tu es du bon côté, tu as du goudron, sinon c'est de la caillasse et de la poussière. C'est vrai que pour ralentir la circulation, il n'y a pas mieux. Avant Corbu, des installations pétrolières ! On peut rêver mieux pour la côte de la mer noire ! Et un centre des pompiers .... Ça semble une ruine mais non, il y a du monde. Ah, enfin une piste cyclable, mais elle est impraticable :-(( De plus le vent de face (la première fois depuis le début) nous freine. 10/12 km/h en appuyant sur les pédales. Et rien pour le couper, que d'immenses champs à perte de vue.








La faim se fait ressentir rapidement vu l'énergie dépensé pour remonter le vent. Ah, voilà un monastère (près de Istria).





Nous allons souffler là, à l'ombre des arbres. On nous offre le repas ! (C'est vraiment une tradition).







Tronçon Mihai Viteazu - Baja :

Belle route mais dangereuse. Toujours ce balai de camions qui transportent des céréales. Les moissons tournent à plein régime. Les moissonneuses avalent de larges bandes de blé ou autres céréales. Il y a une céréale que l'on n'arrive pas à identifier ! Elle fournit des graines noires similaire à la graine de pavot ; pour produire des biocarburants (entre autres). Confirmation, c'est bien du pavot.

Récolte du pavot (Roumanie).

Et ces conducteurs stupides, voir assassins, qui nous doublent, nous frôlent, sans aucune marge de sécurité. Il faut tenir fermement le guidon, éviter tout écart. Cette route est récente, pourquoi n'y a-t-il pas une bande cyclable ?

Tronçon Baja - Jurilovca

Belle route, calme et agréable. Enfin !!!
On traverse des villages joliment fleuris. Les locaux bavardent, profitant des derniers rayons de soleil. Enfin le vent nous pousse jusqu'à Jurilovca. Point de camping ;-( En fait, il existe mais il faut prendre le bateau pour le rejoindre. Des Français nous indiquent un hôtel à prix modeste (60 Lei / 15 €).
Ça nous convient ... dîner simple à la fraîcheur de la terrasse.

Dure journée, avec le vent et les longues montées.



Profil de l'étape : ici

Photos de l'étape : ici

Étape 40 : 27/06/2015 Ion Corvin - Mamaia (100 kms)

Étape 40 : 27/06/2015 Ion Corvin - Mamaia (100 kms)

On atteint la mer noire !!

Ion Corvin. Il a plu cette nuit, mais le ciel est bleu ce matin :-)
On échappe encore une fois à la pluie.
Les premiers camions et tracteurs circulent déjà dans un grondement de moteur. C'est la pleine moisson dans cette région qui est le grenier à grains du pays.

En route vers la mer noire ; entre Ion Corvin et Marmaia
On s'élance sur une route asphaltée vers Constanta. Nos craintes se confirment rapidement, des camions nous croisent, nous doublent régulièrement. Ils nous déventent. Il faut tenir fermement le guidon. Quand je juge que le danger est trop proche, je passe sur la berge. Sinon la campagne est vallonnée et boisée.




Encore un monastère ...

C'est la route des monastères également ! Petits monastères
Des gardiens font paître leurs vaches sur le bord de la route. Les maigres herbes ne doivent pas donner beaucoup de lait !
On monte à faible allure : 5 ou 6 km/h. Le vent de travers gène notre progression jusqu'à Basarabi. Un café à Adamclisi et une collation à Cobadin. Pour finir, le vent nous propulse vers la destination touristique de Roumanie : Constanța. Une ville côtière, avec son port marchand,  ses boutiques à touristes ... Sur les hauteurs, on peut voir le port de commerce, avec ses grues et ses cargos.
Constanța, la mer noire sous nos yeux ébahis !

Bref, perso, j'y passerai pas mes vacances. Un bref passage en ville et on remonte vers Mamaia. La route qui nous mène à ce bourg est bordée de plages. C'est ici que le «gratin roumain» vient passer ses vacances. Des grosses berlines, ça ronfle, ça frime !
La musique résonne, tonne sur des kilomètres.
Premier camping ? Très bruyant. Deuxième camping, idem. Bon on jette l'éponge et on s'installe là. Les boules quiès ne chômeront pas.
Premier bain en mer noire pour Daniel.
Premier bain dans la mer noire.

On passe la soirée avec quatre jeunes roumains qui font leur première expérience «vacances - vélo - camping» : Ciprian, Theodore, Vlad et Adrian . Ils font des études de philologie (C'est quoi ça ?) au nord de Bucarest (60 kms). On regagne nos tentes un peu tard ... il fait encore chaud.

Adrian, Vlad, Ciprian, Daniel & Theodore.





A Mamaia, sur les bords de la mer noire.


Souper aux chandelles.















Philologie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philologie

Profil de l'étape : ici + ça

Photos de l'étape : ici  

samedi 27 juin 2015

Étape 39 : 26/06/2015 Silistra - Ion Corvin (60 kms)

Étape 39 : 26/06/2015 Silistra - Ion Corvin (60 kms)

La route des monastères ...

Petit déjeuner à l'hôtel : un café et notre pâté pour cyclistes. Ça étonne un peu le serveur mais ...
Daniel veut acheter des spécialités bulgares avant de quitter la Bulgarie. Notre informatrice du moment, une dame qui vend du maïs soufflé, appelle son oncle.

Silistra (Bulgarie) : notre guide !



Il nous conduit dans une boutique qui vend banika et toutmanik (à base de fromage blanc). Et une boisson au goût de châtaigne, une sorte de yaourt à la châtaigne. Curieux goût, je ne suis pas fan !
Ils nous restaient quelques Lev en poche ... et aucun de nous deux n'a pensé à lui les donnés :-(
On quittait la Bulgarie alors ... plus besoin de ces quelques lev.








 La frontière est à deux pas. Pas de problème, le fonctionnaire nous adresse un amical salut. Les premiers kilomètres sont agréables sur une route parfaitement asphaltée ; le temps est frais et couvert. C'est vallonné, à gauche, le Danube. De nombreux points de vue pour découvrir les lacs, le Danube et les îles. Beau spectacle. 

Ostrov, encore une pension non indiqué par le guide (pension b. Sacalului). Le dernier guide n'est franchement pas à jour.
C'est marécageux. De nombreux oiseaux nichent là.









On retrouve la Roumanie avec :
- ses défauts (déchets  un peu partout) - par exemple, une voiture lâche des bouts de papier en traversant les villages ? En fait, ce sont des publicités pour un cuisiniste !!!
- sa population accueillante,
- ses charrettes tirées par un cheval,

- ses bergers de chèvres, 

- ses maisons systématiquement ceintes de bois ou de ciment.
Sur les coteaux, ondulent les ceps de vigne, formant de jolies figures géométriques. Sur les hauteurs, les traditionnelles céréales reprennent leur place. Des champs en terrasse nous intriguent ?

Visite monastère orthodoxe de Dervent près de Galita (Roumanie).    

Monastère de Dervent (Roumanie)

 
De jolis peintures ornent les murs du monastère. 
 
Monastère de Dervent (Roumanie) 


Monastère de Dervent (Roumanie) ; il semble très connu au vu du nombre de personnes qui viennent visiter le site.
Le Monastère Dervent, située parmi les collines de Dobrogea, est l'un des plus importants lieux spirituels.

 


À Lipnita, on descend le bourg sur une voie en piteux état. Rien pour poser nos fesses et manger. On sort du vllage par un raidillon et découvrons, le souffle court, un joli monastère.
Il faut dire que nous sommes sur la route des monastères !!!
C'est le monastère Saint Jean-Baptiste. Visite du monastère Saint Jean-Baptiste.  
Manastirea SF. Ioan Boteza Torul

Une jeune soeur, qui parle français, nous raconte l'histoire récente de ce monastère. Il y a des reliques du saint. Comme dans toute les églises orthodoxes, des peintures du sol au plafond. Ici, elles sont particulièrement réussies. De nombreuses sculptures en bois également. Vue imprenable sur le Danube.
On nous offre le repas (c'est la tradition) : soupe et haricots blanc (excellente cuisine) !!




Un car débarque un tas de pèlerins ; nous prenons la poudre d' escampette... 
Une suite ininterrompue de montées et de descentes nous emmènent à Ion Corvin. Après Baneasa, la vallée s'ouvre largement, dégageant la vue.

Ion Corvin ;  j'imaginais un gros bourg. En fait c'est un minuscule village, qui tire le diable par la queue. Couvert de poussière par les camions chargés de céréales qui traversent la rue à pleine puissance. Il y a une pension. Rien d'autre à l'horizon et ciel bas. On reste là. Pour le dîner, ce sera spécialité bulgare que l'on tire de nos sacoches. La pluie s'invite avec la nuit.
Petite étape aujourd'hui ;  là, 2 options pour rejoindre (remonter  vers) Tulcea, la porte du delta. Soit par Constanta et la côte de la mer noire, soit par l'intérieur.
Après hésitation, ce sera la route de la côte : il y a de nombreux campings et ça nous changera des champs de maïs. 

Spécialités Bulgares :
Banika
Toutmanik ou Burek

Profil de l'étape : ici

Photos de l'étape :  ici